Skip to main content

Credit: Photo by Shane Hauser on Unsplash

Blog
Anders Tandberg-Johansen

Anders Tandberg-Johansen

Anders Tandberg-Johansen a rejoint DNB Asset Management en 1998 en tant que gérant et était responsable des portefeuilles technologiques norvégiens. Depuis 2002, il est responsable des actions Global Technology au sein de l’équipe Global Equity. Il est titulaire d’un BA en finance de la Norwegian School of Management.

Published:

À la période d’euphorie a succédé une période de forte correction, rappelant la nécessité de ne pas céder aux sirènes des valorisations trop élevées.

Liquidités abondantes, taux longs à des plus bas historiques (le 10 ans US tombant à 0,5 %), essor de l’e-commerce, du télétravail, des loisirs numériques à la suite des mesures de confinement liées à la Covid-19… entre 2020 et 2021, les valeurs technologiques ont profité d’un contexte favorable. Les investisseurs se ruant dessus, semblant faire fi des valorisations. Des valeurs comme Netflix, Zoom ou encore Peloton ont ainsi vu leur cours de Bourse s’envoler respectivement de 100 %, 500 % et 700 %.

Retournement

Depuis le début de l'année 2022, la tendance s’est inversée. La reprise économique post-Covid s’est accompagnée d’une remontée des taux à long terme (le 10 ans US de nouveau à 3 %), et d’un retour de l’inflation contraignant les banques centrales à relever leur taux directeur pour l’enrayer. Le coût de financement s’en trouve renchéri, ce qui pèse sur les valeurs de croissance. Ces pressions inflationnistes, amplifiées par la guerre en Ukraine avec une pénurie et une flambée du prix des matières premières, ne sont pas sans conséquences sur la consommation et les perspectives de croissance à venir. S’ajoutent les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et un risque réglementaire sur le secteur de la technologie. Résultats : l’indice Nasdaq cède 30 % depuis son plus haut de novembre 2021 et les actions précitées ont effacé entre 74 % et 94 % de leurs gains enregistrés en 2020 et 2021.

Privilégier la valeur relative

Pendant cette période, nous sommes restés fidèles à notre philosophie et à nos convictions, et avons gardé le cap notamment sur l’importance de connaitre la valeur réelle d’une entreprise.

L'approche du fonds DNB Technology se veut bottom up avec pour principal objectif d’identifier la valeur relative des entreprises mises en portefeuille dans un secteur dynamique propice à la gestion active. Se différenciant à ce titre de la plupart des fonds de sa catégorie. La sélection de valeurs repose sur quatre piliers : l’identification des grandes tendances séculaires au sein des sous-segments de l’univers des technologies ; la création de valeur en mettant l’accent notamment sur l’allocation du capital ; la dynamique des bénéfices des entreprises ; la valorisation à moyen et long terme. Dans la période d’euphorie, nous avons donc fait preuve de discipline et sommes restés fidèles à notre processus de gestion, quitte à se montrer contrariants. Nous étions par exemple très sous-pondérés en software & services que nous jugions trop chers au bénéfice du secteur des télécom qui présentaient des valorisations plus attractives. Un positionnement défensif qui, s’il a pénalisé le fonds entre 2020 et 2021, porte aujourd’hui ses fruits, validant la pertinence de notre modèle sur le long terme, puisque depuis le début de l’année le fonds surperforme ses pairs de 5 à 22 %.

Thèmes d’investissement

Reflet de nos convictions, le fonds DNB Fund Technology est composé de 40 à 60 titres. Nos préférences se portent sur le cloud, notamment les entreprises positionnées sur les infrastructures dédiées. Ce secteur sera amené à croitre fortement étant donné que quasiment toutes les entreprises sont aujourd’hui en quête de solutions permettant d’utiliser les données de façon optimale. La 5G présente aussi un réel intérêt car elle jouera un rôle important dans le développement de nombreux secteurs (industrie, jeux, réseaux fermés…). De même que les véhicules électriques, thème d’avenir sur lequel le fonds est exposé via les semi-conducteurs indispensables à leur production. En revanche, l’exposition aux télécom a été réduite récemment pour favoriser une réallocation sur les software & services désormais légèrement surpondérés et dont certaines valorisations ont baissé de près de 50 %.

Sa contribution à l’amélioration de la productivité de l’économie en général et la digitalisation des sociétés en cours font du secteur des technologies un gagnant à long terme sur les marchés financiers. De plus, son univers large et diversifié offre des opportunités d’investissement dans de nombreux domaines à des valorisations raisonnables et qui génèrent des perspectives de croissance intéressantes à moyen-long terme.

Last updated: